Les parties de soi, un peu comme Vice-Versa / Inner parts, like Inside-Out

vice-versa2

J’ai adoré voir le film “Vice-Versa” avec mes yeux de psychologue. J’ai trouvé vraiment génial de rendre si amusant et accessible la personnification des émotions, même si elle est bien sûr caricaturale. En psychologie, il y a beaucoup de théories qui décrivent différentes parties de la psyché, on leur donne même des noms; par exemple en psychanalyse il y a le Moi, le Ca, le Surmoi… En Analyse transactionnelle, il y a le Parent, l’Enfant et l’Adulte. Et bien d’autre exemples encore qui dépasse le sujet de ce post.

Peu de temps après avoir vu le film (conseillé par une de mes patientes, merci!), j’étais en séance avec Delphine* et nous utilisions ensemble une technique que j’ai développée et qui s’inspire, entre autres, de l’approche Internal Family Systems (IFS) .

Avec sa permission, j’aimerai illustrer comment les différentes parties de soi sont hautement individuelles. Elles ont chacune une histoire et des émotions différentes. Elles ont besoin d’être entendue avec bienveillance et curiosité. Ainsi un travail thérapeutique peut être fait. Et il permettra petit à petit un plus grand bien être pour la personne entière.

LA SEANCE

Nous avions identifié en début de séance que Delphine souhaitait travailler sur le sentiment de manquer qui était toujours présent “en arrière-plan” et lui provoquait de l’anxiété. Celle-ci était d’autant plus forte que Delphine vivait actuellement des transitions importantes dans sa vie.

Le premier personnage qui lui apparaît se nomme “Tristesse”, elle est toute grise, sans couleurs et se tient recroquevillée. Elle dit se sentir inconfortable, insécurisée. Elle se tient recroquevillée car elle essaie de disparaître. Tristesse explique qu’elle n’a pas toujours été là mais qu’elle est apparue lorsque les choses à l’extérieur sont devenues étranges. Elle était auparavant la joie mais se sentait comme abattue par les déceptions, les surprises blessantes, les chocs.

Je demande à la patiente de demander à Tristesse si elle serait d’accord de nous partager un des premiers moments où le monde extérieur est devenu étrange. Celle-ci est rapidement d’accord et montre une scène de l’enfance où la compétition dans un sport a prit le pas sur le plaisir à pratiquer. La Delphine enfant paraît stressée mais fait ce que la prof demande. Je demande à Delphine adulte si elle souhaite changer quelque chose à cette scène pour que la petite Delphine enfant se sente moins stressée. Rapidement, elle voit la petite Delphine faire “un peu n’importe quoi” dans ce sport juste pour s’amuser et tous les copains et copines sont “morts de rire”. La petite se sent soulagée et libérée.

Après avoir doucement refermé la scène, nous revenons vers Tristesse. Delphine dit qu’elle relève maintenant la tête et qu’elle rigole! Elle sent qu’un processus est en route pour retrouver ses couleurs et sa joie. Elle souhaite être appelée “Paix” pour l’instant.

La séance continue avec d’autres parties qui sont en lien avec la problématique de l’anxiété et du contrôle.

*nom d’emprunt pour protéger la confidentialité

 

 

InsideOut54aef6a6e091f.0

I loved watching the movie “Inside Out” with my psychologist’s eyes! I thought it was really clever to personify emotions in such a funny and accessible way. Even though it is a very general description, it reminded me of therapy. In psychology, there are many theories who describe different parts to the Psyche or Self. For example, in psychoanalysis, there is the Ego, the Id and the Super-Ego. In Transactional Analysis, there is the Child, the Adult and the Parent. Many other theories use the concept of parts, and here is not the place.

Not long after seeing the movie (which a patient recommended, thank you!), I had a session with Daphné. We used a technique that I developed and is partly inspired by the Internal Family Systems (IFS)  theory.

With her authorization, I would like to illustrate how the different parts of the psyche are highly individual. They all have their story and feel different emotions. They need to be heard with compassion and curiosity. Then a therapeutic work can begin. It will allow the person to become freer and feel more unified.

PART OF THE SESSION

We identify at the beginning of the session that we would work on the feeling of not having enough, as this created anxiety for the patient.

The first part is called “Sadness”, it is in shades of grey and is hunched. She says that she is uncomfortable and insecure. She is hunched because she is trying to disappear. Sadness explains that she has not always been there but appeared when things on the outside got a bit strange. She was Joy before that but she was now feeling down by all the disappointments and the hurtful events.

I ask the patient to ask Sadness if she would agree to show us one of the first time when the external world became a little bit strange. She quickly agrees and shows a time in Daphné’s childhood when competition in a sport took over the pleasure to practice it. The child (inner child) felt stressed. I ask the patient (the adult) if she would like to step in the scene and make it better so that the child feels less stressed. Quickly, she sees the little Daphné doing what is not asked by the teacher and having a lot of fun, fooling around and making all the other children laugh. The child is feeling relieved and freer.

After having gently closed that scene, we go back to Sadness. She is now holding her head higher and she is laughing! She feels that a process has been started to bring the joy and the colors back. She would now like to be called “Peace”.

The session continues with other parts that have a connection with the anxiety and creative solutions to offer.

*changed name for confidentiality